Brèves cyclosport et cyclisme année 2017
31-07-2017  La Risoul Queyras
La Risoul Queyras marquait la fin d'un mois de juillet Phénom'Alpes. Après le Granfondo Serre Chevalier et l'Etape du Tour, il s'agissait en effet de la 3° cyclosportive en seulement 4 semaines dans les Hautes-Alpes. Avec pour les amateurs de grand parcours, un total cumulé de 540 km et 11900 m de dénivelé.
Côté trilogie, c'était aussi la dernière étape du nouveau challenge "Trophée Granfondo des Alpes" qui comportait par ailleurs la Mercantour Cyclo (composait en fait de la Mercantour Turini et la Mercantour Bonette) et la Fausto Coppi. Un challenge transfrontalier.

En 2017, c'est une nouvelle fois de nouveaux parcours qui sont proposés par la Risoul Queyras. Après l'Izoard versant nord en 2015, le magnifique col Agnel en 2016, le col d'Izoard est à l'honneur côté Casse Déserte. Sur les traces du Tour de France et de l'Etape du Tour.
Au menu donc 140 km et 3800 m de dénivelé pour le grand parcours, 90 km et 2200 m pour le parcours moyen et 47 km et 1300 m pour le petit parcours.

Au départ, l'interrogation est de mise sur la météo pour les près de 600 participants. Car si les prévisions annoncent une matinée ensoleillée et des risques orageux l'après-midi, c'est bien quelques gouttes de pluie qui tombent peu avant le départ, dans la continuité de pluies plus intenses qui se sont produites plus tôt et samedi soir.
Heureusement les quelques gouttes de pluie avant le départ seront les dernières et l'épreuve se déroulera sous un soleil généreux et des températures plutôt chaudes, surtout pour les arrivants du grand parcours en début d'après-midi.

Depuis le plan d'eau d'Eygliers, direction Guillestre pour remonter la vallée du Guil pour le moyen et grand parcours. Les participants de l'Etape du Tour ne sont pas dépaysés, à la différence près que la fatigue n'a pas encore fait son oeuvre.
Direction le majestueux Fort Queyras puis Château-Ville-Vieille.
La route s'élève alors en direction de Molines-en-Queyras puis Saint-Véran. Mais pas par le chemin le plus direct. Un détour par Prats Bas et Prats Haut permet d'affronter des pentes plus raides, surprenantes pour ceux qui ne connaissent pas. Avant de glisser vers Gaudissart. Et là pas le temps de profiter des magnifiques cadrans solaires ici et là. Le parcours emprunte alors le début de la montée du col Agnel jusqu'à Pierre Grosse avant de bifurquer vers le Bois des Amoureux et le chalet des Amoureux. Saint-Véran, joyau du Queyras se profil alors. Avec un premier ravitaillement.
Descente ensuite vitesse grand V pour rejoindre à nouveau Château-Ville-Vieille puis Château-Queyras, avant que les parcours du 140 km et 90 km ne se séparent.

Le parcours moyen redescend alors la vallée du Guil jusqu'à Guillestre. Pour le grand parcours, direction Arvieux pour les premières pentes du col d'Izoard. Le col semblerait presque plus facile que lors de l'Etape du Tour. Il fait moins chaud et moins de fatigue physique. Mais Brunissard et les pentes qui suivent rappellent à tous que ce n'est quand même pas une partie de plaisir. Surtout qu'en plus on se sent beaucoup plus seul. Moins de cyclistes sur la route et pas (ou presque pas) de spectateurs sur le bord de la route pour encourager les cyclosportifs.
La Casse Déserte, puis encore 2 km avant le sommet. Altitude 2360 m, arrêt du chronométrage car la descente est neutralisée jusqu'à la sortie de Briançon pour la sécurité de tous.

A partir de Briançon, il faut alors composer avec le vent de face pour descendre la vallée de la Durance. Le petite route qui passe par Villar-Saint-Pancrace permet d'éviter la route nationale jusqu'à Saint-Martin-de-Queyrières. La partie qui suit alors n'est pas des plus agréables avec le vent toujours défavorable, qui plus est sur la Nationale. Descente vers l'Argentière-la-Bessée.
Aux abords de La Roche de Rame, bifurcation à droite pour passer de l'autre côté de la Durance, sur une route beaucoup plus tranquille. Ouf ! Quoi que. Car immédiatement se présente la très redoutable côte de Pallon. Une interminable ligne droite, longue de 1,5 km à 12% !
Pour beaucoup, le sommet est une délivrance. Il ne reste alors plus qu'à descendre vers Guillestre. Enfin descendre, c'est bien relatif car il faut encore composer avec quelques montées ici et là et la chaleur est désormais bien présente.

A Guillestre, la montée sur Risoul prend un autre visage que les années précédente. Montée par les Isclasses et les Chauvets pour arriver au village de Risoul, dernier ravitaillement.
Avant une surprise de taille. Le parcours coupe alors la route principale pour permettre d'affronter des pourcentages frôlant les 15% sur quelques centaines de mètres. Permettant de rallier le hameau de Lagnieu avant de retrouver enfin la route principale.
On pourra se demander l'intérêt de proposer de tels pourcentages sur un parcours qui comporte déjà 3800 m de dénivelé. Surtout qu'en terme de sécurité, la traversée de la route principale, même si les signaleurs sont bien présents, crée un risque inutile.
Il ne reste alors plus qu'une dizaine de kilomètres.

A l'arrivée, restauration dans les restaurants partenaires de la cyclosportive. Sans oublier les "cadeaux" annexes : un forfait 1 jour de ski offert, un maillot cycliste et une photo sur l'épreuve. En plus de tous les ravitaillements bien achalandés.

Côté parcours, chacun aura son avis sur sa préférence entre les différentes versions des années précédentes. Le col Agnel permettait d'explorer des routes rarement offertes aux cyclosportifs. En tout cas, le grand parcours de l'année prochaine devrait être reconduit à priori à l'identique et la réflexion est en cours pour les autres parcours.

Côté classement, le parcours de 140 km est trusté par les italiens avec Stefano Sala qui devance Alberto Botaso et Carlo Fino. Chez les femmes, Marion Bessone l'emporte devant Annalisa Prato et Mylène Legrand.

Le parcours de 90 km est remporté par Vincent Arnaud devant Benjamin Mestre et Benoit Vaxelaire. Du côté des dames c'est Magdalena de Saint-Jean qui gagne devant Sandrine Polizzi et Sandrine Rey.

Retrouvez le classement du Grand Parcours, du Moyen Parcours et du Petit Parcours.


17-07-2017  L'Etape du Tour Briançon col d'Izoard
L'étape du Tour a vécu sa 27° édition ce dimanche 16 juillet. Une date que des milliers de cyclosportifs avait bien évidemment coché de longue date sur leur agenda. 15000 cyclistes inscrits annoncés et 12162 cyclistes au départ.

Cette étape du Tour entre Briançon et le col d'Izoard était longue de 180 km pour 3600 m de dénivelé. L'étape du Tour qui renoue avec une longue distance, voilà une bonne nouvelle ! Qui ne sera pas éphémère espérons-le !

Briançon avec sa cité Vauban inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO accueillait pour la première fois cet évènement. Avec des conditions climatiques parfaites et un soleil très généreux. Il est vrai que le département des Hautes-Alpes figure parmi les départements les plus ensoleillés de France.

Pour le départ, 16 sas avaient été mis en place. Et tous ceux qui ont suivi le fléchage pour rejoindre un des sas de 0 à 9 via la route de Gap/Embrun ont pu se rendre compte d'un couac assez incompréhensible (et rare pour cette organisation). Une cohabitation difficile entre les voitures encore autorisées à passer au niveau d'un rond point avec les cyclistes qui se retrouvaient dans un goulot d'étranglement sur un pont pour rejoindre les sas. Le fléchage de la route de Gap pour rejoindre les sas n'était sans doute pas la meilleure idée.
Quoi qu'il en soit, départ à 7 h pour les premiers, puis de 7 minutes en 7 minutes par sas (et donc départ pas loin de 9 h pour les derniers). Le départ est rapide, très rapide. La côte de Saint-Martin-de-Queyrières est anecdotique avant de dévaler vers l'Argentière-la-Bessée. La statue emblématique de l'alpiniste Edward Whymper s'est parée de jaune, puisque "Edward Whymper aime le Tour". Enfin c'est ce qu'on lui fait dire, parce qu'en fait on n'en sait rien !
La descente de la vallée de la Durance svers La Roche-de-Rame puis Saint-Crépin est très roulante, avant de bifurquer vers Réotier. Dommage, pas le temps de visiter l'étonnante fontaine pétrifiante toute proche, on reviendra.
En tournant un peu la tête, on aperçoit de l'autre côté de la Durance le fort de "Mont-Dauphin niché sur son plateau rocheux. Un site exceptionnel. Guillestre n'est pas loin, mais ça sera pour plus tard.
La route devient moins plate, mais le relief n'a vraiment rien d'effrayant. Descente sur Clément-sur-Durance pour rejoindre Châteauroux-les-Alpes puis Embrun, haut lieu du triathlon avec son Ironman.

Au paysage de montagne va alors se rajouter le lac de Serre-Ponçon. Le décor est grandiose.
La commune de Crots avec le château de Picomtal, puis Savines-le-Lac. Le parcours est toujours roulant, très roulant, avec déjà plus de 50 km de parcouru.

La côte des Demoiselles Coiffées au bout du km62 constitue la véritable première difficulté de la journée. Une ascension classée en 3° catégorie. La route est belle, très belle. Et la circulation cycliste est dense, voire très dense avec des différences de niveaux pas forcément en adéquation avec les numéros des sas et les ordres de départ.
Le décor magique du lac de Serre-Ponçon accompagne toujours les cyclosportifs, jusqu'à entamer la remontée de la vallée de l'Ubaye : Le Lauzet-Ubaye, Méolans-Rével,...
Le revêtement est toujours excellent. La tentation est forte de mettre un gros braquet, mais imperceptiblement la route s'élève tout doucement. Attention, car il reste encore de la route à faire...
Barcelonnette, déjà 100 km parcourus, sans encore de véritables difficultés. Le ravitaillement est un point d'arrêt pour beaucoup, avant d'aller vers le col de Vars. Un point d'arrêt, sauf pour ceux qui sont venus avec une organisation privée qui dispose de leurs propres stands. Une organisation dans l'organisation...
Direction Jausiers puis Saint-Paul-sur-Ubaye, la plus grande commune des Alpes-de-Haute-Provence et la 10° plus grande commune de France.
C'est alors que commence la véritable ascension du col de Vars (2109) avec 9,3 km à 7,5% de moyenne. Au sommet, il ne reste alors "plus" qu'une seul vraie difficulté à gravir, le col d'Izoard.

La descente vers Vars puis Guillestre est belle. Guillestre, c'est le dernier point de ravitaillement complet avant l'arrivée. Il y a du monde et les encouragements fusent au coeur du village.

Commence alors la partie la plus dure de cette étape, les 30 derniers kilomètres. La remontée de la vallée du Guil est plutôt roulante, avec un vent favorable. Mais attention au coup de chaud avant l'Izoard car le mercure est très haut et tutoie les 40°C.

Le Fort Queyras est en vue, il faut alors bifurquer Ă  gauche pour 14 km d'ascension Ă  7,3% de moyenne.
Sur la première partie, la pente est raisonnable mais le mercure est toujours aussi haut. Arvieux est une première étape avec le ravitaillement de la Chalp, puis le hameau de Brunissard. C'est le moment ou jamais de profiter des points d'eau avant d'affronter la partie ultime. Des personnes au bord de la route ont la bonne idée de rafraichir les cyclistes qui le veulent par de l'eau bien fraiche dans la nuque ou le dos.
A partir de Brunissard, la pente s'élève inexorablement notamment avec cette longue ligne droite qui semble interminable. Les pourcentages sont alors souvent entre 9 et 10%. Des campings cars ont déjà pris position en prévision des pros qui passeront au même endroit jeudi. Sans doute un moment clé pour ce tour de France 2017.
Les encouragements font oublier (un peu) la difficulté de cette partie finale. Enfin pas pour tout le monde, car certains souffrent de la chaleur ou de crampes et sont arrêtés dans le fossé. D'autres marchent à pied, le vélo dans un main.
L'apparition de la Casse Déserte avec son étonnant paysage minéral et la stèle à la mémoire de Fausto Coppi et de Louison Bobet est un soulagement. Il ne reste plus que 2 km. Et pour le dernier kilomètres, une pancarte est là pour nous rappeler "1 km c'est quoi dans une vie". Enfin pour ceux qui arrive encore à lire la pancarte, parce que si c'est le cas, c'est qu'ils n'ont pas pédaler assez fort comme le disait une pancarte quelques kilomètres plus bas.
Sommet du col d'Izoard, le bonheur, voilà c'est fini. Les dieux arrivent au fil des heures ("parce que les hommes font du rugby, les dieux font du vélo"). Le ravitaillement au sommet est le bienvenu.

Il ne reste alors plus qu'une descente sans stress, car sans chronomètre pour redescendre sur Briançon. Et découvrant au passage un très beau panorama sur le village de Cervières.

Et à l'arrivée au village étape à Briançon, remise de la médaille à tous et un sac repas plutôt bien fourni.

A l'arrivée, 11207 cyclistes classés, le premier, Abrahamsen Jonas en 5h15 et le dernier, Tom Zaccaro en 13h02. Chez les femmes, Edwige Pitel l'emporte en 5h42 devant Magdalena de Saint-Jean.

Pour consulter le classement de l'Etape du Tour, c'est ici.

Et pendant que les finishers rentraient chez eux en voiture en descendant à nouveau la vallée de la Durance, en contresens montaient des bus balais remplis ou encore des cyclistes arrêtés à Guillestre et hors délai.




09-07-2017  Granfondo Serre Chevalier
La cyclosportive "Granfondo Serre Chevalier" a fêté son 20° anniversaire en 2017. Avec une formule et des parcours identiques à l'année dernière : le Granfondo le samedi et les deux autres parcours le dimanche.
Le granfondo avec ses 208 km et 4400 mètres de dénivelé constituait un parcours musclé, comme il en existe peu dans le paysage cyclosportif français. Un parcours qui se classe dans le top 5 des cyclosportives les plus difficiles en France. Avec au menu notamment le col du Mont-Cenis, le col du Télégraphe et le col du Galibier.
Le parcours moyen, avec ses 108 km et 1900 m de dénivelé permettait d'affronter l'Izoard du côté de la Casse Déserte. Une répétition en quelque sorte pour tous ceux qui feront l'Etape du Tour diamnche prochain ou encore la Risoul Queyras fin juillet.
Enfin, le eptit parcours proposait le col du Montgenèvre et le col de l'Echelle pour 85 km et 1300 m.

Côté participation, on relèvera hélas une baisse de la fréquentation du grand parcours, avec seulement 154 cyclosportifs classés. Le parcours moyen a rassemblé à l'arrivé 194 cyclistes et le petit parcours 139.
Une participation donc globalement en baisse par rapport à l'année dernière.

Pourtant, tous les ingrédients sont bien présents pour un succès plus large : des cols mythiques, beauté des paysage, sécurisation des parcours et repas à l'arrivée.
Un repas à l'arrivée sous fond de Tour de France avec une projection sur écran géant.

Sur le grand parcours, Fabio Cini l'emporte à 33 km/h de moyenne devant Stefano Sala et Valentin Lacroix. Un classement où les écarts sont très important puisqu'il y a près de 1 heure d'écart entre le premier et le huitième !
Du côté des femmes, Christine Seiller Muller devance Christine Stuby et Johanne Wuillaume.

Sur le parcours moyen, Arnold Reifler, déjà vainqueur l'année dernière, récidive. Valentin Lacroix, 3° la veille sur le Granfondo, se classe deuxième devant Loïc Cesano. Chez les féminines, Lucie Salle devance Christine Stuby (déjà 2° sur le Granfondo la veille) et Adeline Bouchard.

Retrouvez les classements du Granfondo Serre Chevalier :
- Gran Fondo
- Medio Fondo (Izoard)
- Courto Fondo (Montgenèvre)




21-06-2017  La Mercan'Tour Bonette
La Mercan'Tour Bonette s'annonçait grandiose et personne n'a été déçu dimanche 18 juin. Pour sa 2° édition, cette toute jeune cyclosportive a bénéficié de conditions météorologiques idéales, bien loin du froid et des conditions pluvieuses de l'année dernière.
Côté organisation, la 1° édition était déjà de haute facture aussi bien au niveau de la qualité des ravitaillements (que certaines organisations ont hélas tendance à négliger), que de la sécurité, de la bonne humeur générale ou du repas à l'arrivée.
Tous ces ingrédients étaient toujours présents, avec quelques nouveautés à noter. Tout d'abord, la descente du col de la Cayolle qui n'a pas fait l'objet de chronométrage, pour la sécurité de tous. Il est vrai que cette descente, avec une route souvent étroite, un revêtement pas toujours bon, aurait pu être propice à des prises de risque inconsidérées. Sans chronométrage, nul besoin.
Autre nouveauté, Valberg, lieu d'arrivée du grand parcours, était cette année le lieu pour la remise des prix et repas, à la place de Guillaumes.

Troisième épreuve du Challenge Cyclosportif 06, la Mercan'Tour Bonette se classe dans le top 5 des cyclosportives les plus dures en france, avec un indice de difficulté de 18,5.
Sur la ligne de départ, près de 400 cyclistes étaient présents, avec une proportion notable d'étrangers, environ 25% du peloton. Il est vrai que le défi proposé et les cols au programme ont de quoi attirer les cyclistes au-delà des frontières. Cette cyclosportive mériterait sans nul doute une participation plus conséquente. En tout cas, les absents ont tort, mais ils pourront toujours se rattraper en 2018.

Le départ est donné à Guillaumes, dans la vallée du Haut-Var dans les Alpes-Maritimes, porte d'entrée dans le Parc National du Mercantour. Au programme, 180 km et 4600 m de dénivelé pour le grand parcours et 120 km et 2900 m pour l'autre parcours chronométré.
Dominé par les ruines du château de la reine Jeanne, les cyclistes s'élancent à 7h30 en direction du col de la Cayolle (2326 m). Une ascension longue de 31 km, avec un début plutôt roulant avant que les pourcentages augmentent à partir de Saint-Martin d'Entraunes, Entraunes et Estenc (lieu de la source du Var et dernier hameau de la vallée).

Au sommet donc un tapis de chronométrage permet d'arrêter le temps jusqu'à Barcelonnette. L'occasion est donc belle pour bien profiter du ravitaillement au milieu de la descente, sans stress. Car la journée s'annonce plutôt chaude et les difficultés encore grandes pour le grand parcours.

A Barcelonnette, le parcours de 120 km fait demi-tour pour remonter le col de la Cayolle avant de basculer sur Guillaumes, lieu d'arrivée. Le parcours de 180 km se dirige lui vers Jausiers pour aller défier la cime de la Bonette, 24 km d'ascension à 6,7 %. La montée se fait sous la chaleur et un soleil magnifique. Les paysages sont grandioses. Le lac des Eissaupres est le second lieu de ravitaillement, bienvenu pour se réhydrater avant de faire le tour de la cime de la Bonette, un tour dont ont été privé les participants de la 1° édition. Mais cette année la route est bien ouverte avant de basculer dans la vallée de la Haute-Tinée.
La descente est belle pour rejoindre Saint-Etienne-de-Tinée. Il faut alors affronter un vent défavorable pour rejoindre Saint-Sauveur-sur-Tinée, au pied de la dernière grosse difficulté : le col de la Couillole et ses 16 km d'ascension pour 1168 m de dénivelé.
Heureusement, le soleil a laissé la place à un ciel bien nuageux. La chaleur est donc bien moins perceptible, et ce n'est pas un mal pour se hisser au sommet de ce col.
Le remarquable village de Roubion accueille le dernier ravitaillement à 5 km du sommet. Ca sent bon l'arrivée à ce stade.
Après une petite descente vers Beuil, la remontée finale vers Valberg ne présente pas de difficultés pour finir et aller profiter d'un repas bien mérité.

Au final, 225 cyclosportifs se sont classés sur le grand parcours de 180 km, tandis que seulement 95 cyclistes sont classés sur le parcours de 120 km. La preuve que les longs parcours exigeants ont encore une place dans le paysage cyclosportif français.

Retrouvez le classement de la Valbergane (180 km) et de la Guillaumes-Ubaye (120 km).

Les prochains rendez-vous du Challenge Cyclosportif 06 :
- le 25 juin avec les Cimes du Mercantour Ă  Breil-sur-Roya
- le 1 octobre avec la Mercan'Tour Madone Peille pour clôturer en beauté la saison cyclosportive.


04-06-2017  La Limousine AndrĂ© Dufraisse
La 28° édition de la Limousine André Dufraisse s'est déroulée ce samedi. Avec encore un beau succès à la clé puisqu'environ 1400 cyclistes se sont retrouvés au départ, à Limoges (Haute-Vienne). Il est vrai que cette cyclosportive constitue une des épreuves de références du calendrier cyclosportif hexagonal, tant du point de vue de l'organisation, de la sécurité et de la convivialité. Sans compter le parcours vallonné qui constitue un magnifique terrain de jeu pour pratiquer le vélo.

Comme l'an passé, quatre circuits au choix étaient proposés : la Limousine Challenge (180 km et 2300 m de dénivelé, un parcours hélas non chronométré), la Limousine (159 km et 2010 m de dénivelé), la Haut-Viennoise (129 km et 1890 m) et la Panazolaise (71 km et 930 m).
Les deux parcours les plus longs permettent de visiter le magnifique cadre du lac de Vassivière.

Cette année, Sylvain Chavanel (équipe Direct Energie) était présent, avec aussi ses frères Cyril et Bertrand, sur le parcours de la Limousine. David Moncoutié était lui présent sur le parcours de la Haut-Viennoise.

Retrouvez le classement du parcours de 159 km et de 129 km.


04-06-2017  Granfondo Mont Ventoux  Le Granfondo Mont Ventoux - Beaumes de Venise s'est dĂ©roulĂ© ce samedi sous des conditions mĂ©tĂ©orologiques parfaites ...suite
22-05-2017  Les Boucles du Verdon  Groc couac pour la 19° Ă©dition des Boucles du Verdon. L'Ă©preuve se dĂ©roulait cette annĂ©e au dĂ©part de GrĂ©oux-les-...suite
16-05-2017  La Vençoise  La Vençoise a connu un beau succès, avec une participation en nette hausse. Plus de 400 cyclosportifs se sont en effet...suite
02-05-2017  La Provençale Sainte-Victoire  La Provençale Sainte-Victoire a connu pour sa 5° Ă©dition encore un beau succès avec environ 1200 cyclistes cl...suite
10-04-2017  Granfondo Gassin Golfe de Saint-Tropez  La Granfondo Gassin Golfe de Saint-Tropez a ouvert une nouvelle saison du Grand TrophĂ©e ce dimanche 9 avril. Une...suite
05-04-2017  Challenge Cyclosportif 06  Le dĂ©partement des Alpes-Maritimes dispose dĂ©sormais de son challenge : le challenge cyclosportif 06.

Pou
...suite
02-04-2017  HĂ©raultaise Roger Pingeon  L'HĂ©raultaise cyclosportive Roger Pingeon s'est dĂ©roulĂ©e ce dimanche 2 avril. Il s'agissait de la seconde Ă©pr...suite
19-03-2017  La Corima DrĂ´me Provençale  La Corima DrĂ´me Provençale constitue une des Ă©preuves cyclosportives majeures en dĂ©but de saison, et lance vĂ©ritabl...suite
17-03-2017  L'Alsacienne  L'Alsacienne, nouvelle cyclosportive en 2016, poursuit son aventure en 2017. Une vraie belle cyclosportif avec des parco...suite
08-03-2017  24 heures vĂ©lo au circuit Paul Ricard  Le circuit Paul Ricard dans le Var accueillera pour la 3° fois une Ă©preuve d'endurance de vĂ©lo. Un circuit Ă  parcour...suite
04-03-2017  Immortelle Cyclo  Si les Alpes possèdent une Ă©preuve Ă  but humanitaire hors norme avec le DĂ©fi des Fondus de l'Ubaye, les PyrĂ©nĂ©es p...suite
25-02-2017  DĂ©fi des fondus de l'Ubaye  Le DĂ©fis des Fondus de l'Ubaye se dĂ©roulera le samedi 24 juin 2017, pour la 15° Ă©dition de cette Ă©preuve qui rĂ©col...suite
17-02-2017  La Louis Caput  L'Ă©dition 2017 de la Louis Caput sera placĂ©e sous le signe du changement. Ce brevet de randonneur UFOLEP consti...suite
16-02-2017  La Risoul Queyras  Si l'Ă©dition 2016 de la Risoul Queyras Ă©tait placĂ©e sur les traces du Giro d'Italie, l'Ă©dition 2017 partira sur les ...suite
15-02-2017  La VĂ©lotoise  La 17° Ă©dition de la VĂ©lotoise se dĂ©roulera le dimanche 6 aoĂ»t 2017.
Au départ de Figeac (Lot), 4 no
...suite
01-01-2017  Bonne AnnĂ©e 2017  L'Ă©quipe de Velo-Cyclosport.com vous souhaite une bonne et heureuse annĂ©e 2017, qu'elle soit notamment riche en Ă©moti...suite

Actualités     2017     2016     2015     2014     2013     2012     2011     2010     2009



Connecté en tant que
Invité