09-04-2018  Granfondo Golfe de Saint-Tropez

Le Granfondo Gassin-Golfe de Saint-Tropez a connu une édition 2018 ventée, très ventée, pour l'ouverture du Grand Trophée. Le département du Var était d'ailleurs placé en vigilance orange par Météo France. Il valait donc mieux être vigilant lors des changements de direction et notamment en descente. Cela n'a pas empêché nombre de cyclistes de descendre à tombeau ouvert. Le chrono et le classement avant tout... Avec quelques chutes, comme dans la descente du col du Babaou par exemple.

En 2018, le Granfondo Golfe de Saint-Tropez est redevenue l'épreuve française qualificative pour l'UCI Granfondo World Series. Un retour aux sources comme en 2012, 2013 et 2015, et après deux années où l'Albigeoise était devenue le sésame pour se qualifier à la finale du championnat du monde GranFondo UCI.
Avec à la clé une très belle participation, notamment sur le parcours granfondo de 162 km, seul parcours qualificatif : 728 cyclosportifs classés contre 359 cyclosportifs sur le parcours Mediofondo. La preuve que la baisse de participation sur les grands parcours au profit des parcours intermédiaires n'est pas inéluctable. A partir du moment où les grands parcours sont davantage valorisés. A méditer par tous les organisateurs...

Côté participation toujours, le peloton était très international : 423 français sur le Granfondo, 87 belges, 45 italiens, 36 néerlandais, 23 suisses...

Côté parcours, les grandes lignes des éditions précédentes étaient reprises, avec toutefois un changement notable pour le parcours de 162 km (et 2500 m de dénivelé). Après le col de Collebasse, la route des crêtes (avec le col du Canadel et le col de Barrel) et l'inamovible col du Babaou, la séparation des parcours s'opére à proximité de Collobrières. Pour une boucle inédite. Direction alors Pierrefeu-du-Var, à vitesse grand V avec le vent dans le dos. Puis changement de direction pour affronter le vent de face et rejoindre Pignans avant de gravir Notre-Dame-des-Anges, sur un versant inédit. Et une descente vers Gonfaron, un itinéraire abandonné depuis quelques années, tout comme la montée par la suite de La Garde-Freinet. Et la belle surprise de découvrir une descente de Notre-Dame-des-Anges avec un bon revêtement, bien loin des sensations de Paris-Roubaix d'il y a quelques années.

A l'arrivée, la traditionnelle paëlla est de mise à Gassin. Avec un changement de lieu pour la restauration et la remise des prix dans une salle plutôt exigüe.

Sur le parcours de 162 km, la victoire revient à l'italien Tommaso Elettrico devant le belge Michiel Minnaert et le français Cédrick Dubois. Du côté féminin, Marie Dessart l'emporte devant Marion Bessone et Sylvie Riedle.

Côté organisation, on regrettera le peu d'écart qui sépare les départs du Granfondo et du Médiofondo, créant des situations (très) dangereuses lors de la remontée des premiers du Mediofondo sur les participants du Granfondo. Avec un comportement et des attitudes (et des paroles, oh pardon, des insultes) de certains bien loin des valeurs du cyclosport ; mais c'est vrai, la "course" d'abord, puisque cela devient des courses...

Retrouvez les résultats du parcours Granfondo et du Mediofondo.

Prochain rendez-vous du Grand Trophée le 21 avril avec la Bourgogne Cyclo.



    


Actualités     2016     2015     2014     2013     2012     2011     2010     2009