Vous n'êtes pas identifié(e).

  • |

#1 19-07-2012 18:34:18

fred1383
Administrateur
Lieu : Pourrières
Inscription : 14-12-2008
Messages : 49

Pau - Bagnères-de-Luchon : EDT 2012

Pour sa 20° édition, l'étape du Tour acte II s'est déroulée sur un parcours mythique des Pyrénées, avec l'enchaînement des cols de l'Aubisque, du Soulor, du Tourmalet, de l'Aspin et de Peyresourde, le jour de la fête nationale. 
Un parcours qui totalisait 200 km et 5000 m de dénivelé, en faisant un des parcours des plus difficiles de l'histoire de l'étape du tour, tout comme celui de l'acte I Albertville - La Toussuire, avec la longueur en plus.
Ville incontournable du tour de France et aussi de l'étape du Tour, Pau était  ville étape pour la 7° fois. Cette année, le village départ avait abandonné l'hippodrome pour se rapprocher davantage du centre ville, au parc des expositions, permettant à chacun de découvrir plus facilement la cité Paloise et offrant également plus de facilité pour la restauration de la veille.
Si la veille (et également le lendemain) était placée sous le signe du soleil avec des sommets de la chaîne des Pyrénées parfaitement dégagés, il en fut une toute autre histoire le jour J où la pluie, le froid et le brouillard ont durci encore plus les difficultés du jour.
Sur les 8000 inscrits, 3820 cyclistes sont parvenus à leurs fins en ralliant Bagnères-de-Luchon. Dans ces conditions climatiques, difficile d'éprouver du plaisir sur le vélo et c'était surtout la satisfaction d'avoir terminé l'étape qui régnait chez la plupart des participants.
Le départ fut donné depuis la place de Verdun sous un ciel bien couvert. Le départ échelonné par sas, initié l'année dernière pour la fluidité des pelotons cyclistes, a été reconduit.
Les 37 premiers kilomètres, jusqu'à Laruns, était parfaits pour s'échauffer, sous un ciel encore sec, avant la succession des difficultés. Arrivé sur les premières pentes de l'Aubisque (1709 m), changement de décor avec une petite pluie fine pour les 18 km d'ascension, avec du brouillard et une température très en-dessous des 10°C à l'approche du sommet.
La descente jusqu'à la courte remontée au Soulor est glaciale. La pluie rend la chaussée glissante et la prudence est de mise. C'est presque avec un grand plaisir que commencent les 2 km de montée au Soulor qui permettent de se réchauffer les muscles. Mais le "plaisir" est de courte durée et la descente reprend. Heureusement, la pluie cesse bien avant l'arrivée à Argelès-Gazost, permettant de finir la descente au sec.
Argelès-Gazost, 2° poste de ravitaillement, permet de reprendre des forces avant d'aller défier le col du Tourmalet. Plusieurs concurrents sont grelottants et revêtus de couvertures de survie et plusieurs abandons sont déjà recensés.
La longue remontée (20 km) vers Luz-Saint-Sauveur donne de l'espoir pour les conditions climatiques de l'épreuve puisque des rayons de soleil font leur apparition, permettant de se sécher des conséquences de l'Aubisque.
Luz-Saint-Sauveur marque le début de l'ascension de l'ogre pyrénéen, le Tourmalet (2115 m), long de 18,5 km avec un pourcentage moyen de 7,7 %. Le soleil laisse rapidement la place aux nuages, puis au brouillard pour la fin de l'ascension. Un 3° poste de ravitaillement est installé à Barèges. Il reste alors 8 km d'ascension avec un final très dur n'offrant pas vraiment de répit. Le sommet marque un cap important pour cette étape, car même s'il reste encore 2 cols à franchir, les 2 principales difficultés viennent d'être franchies.
Au moment de basculer dans la descente, changement climatique à nouveau avec la pluie présente sur le versant est. La première partie de la descente, sinueuse et pentue, est rendue dangereuse.
L'arrivée à Sainte-Marie-de-Campan, lieu mythique du Tour de France, marque la fin de la pluie et le début de l'ascension du col de l'Aspin (1489 m). Un 4° poste de ravitaillement et plusieurs camions en prévision des abandons y sont postés.
Le col de l'Aspin, avant-dernière difficulté, ne présente pas un profil effrayant, sauf qu'il survient après déjà 140 km parcourus. Long de 12,5 km, le col présente une première partie presque "facile". La partie difficile est constituée par les 5 derniers kilomètres avec un pourcentage de 7,5 %.
Comme pour le Tourmalet, l'ascension se fait au sec avec du brouillard au sommet, avant de basculer dans la descente sous la pluie.
Un schéma presque similaire se répète également pour le col de Peyresourde (1569 m) qui constitue l'ultime défi du jour. Tout comme l'Aspin, c'est la partie finale du col qui est la plus dure avec les 8 derniers kilomètres à plus de 7% de moyenne qui interviennent après plus de 170 km.
Il ne reste alors plus qu'à se laisser glisser jusqu'à Bagnères-de-Luchon pour franchir la ligne d'arrivée, se faire remettre une médaille autour du cou et se procurer un sac de ravitaillement très peu fourni en qualité et en quantité.
Si ces dernières années l'organisation s'était nettement améliorée sur les ravitaillements à l'arrivée, les cyclistes ont retrouvé cette année des pochons plastiques peu en rapport avec une telle organisation et un parcours aussi exigeant.
profil_EDT2.jpg
aubisque.jpg
tourmalet.jpg
aspin.jpg
peyresourde.jpg

Hors ligne

#2 13-08-2012 21:12:04

Patator
Nouveau membre
Lieu : Auterive
Inscription : 28-09-2010
Messages : 1

Re : Pau - Bagnères-de-Luchon : EDT 2012

Salut. En effet la météo exécrable ne nous a pas facilité la tache ! je suis parti un peu léger coté équipement heureusement que j'avais mon coupe-vent qui m'a bien rendu service, surtout lors des descentes humides.
C'est ma première étape du tour et je suis content d'être arrivé au bout, malgré toutes ces difficultés.
C'est vrai que le sac "pique-nique" à l'arrivé était quand même un peu light mais cependant un grand merci à tous les bénévoles.
Je reviendrai l'année prochaine.

Thierry Renault

Hors ligne