13-07-2016  La Fausto Coppi

La 29° édition de la Fausto Coppi s'est déroulée ce dimanche 10 juillet au départ de Cuneo (Coni), dans le Piémont, en Italie. Si pour ce deuxième week-end de juillet avait aussi lieu en France la très courue Etape du Tour, il faut bien avvouer que la Fausto Coppi n'a pas grand chose à envier à l'EDT : route privatisée (à l'exception d'une quinzaine de kilomètres dans le final), ravitaillements en nombre et de qualité avec boissons énergétiques et aliments solides variés. Cette cyclosportive quasi-frontalière possède peu d'équivalent en France. Pourtant, le peloton français est réduit à sa plus simple expression au départ.

La place Galimberti accueille le village départ de cette prestigieuse cyclosportive italienne. Pour les formalités du départ, si vous avez du mal à manier l'italien, vous trouverez toujours un bénévole parlant français ou anglais.

Le départ, dimanche, est matinal à 7 h, permettant notamment de profiter de la relative fraicheur matinale. Car pendant toute la journée, le soleil et la chaleur vont régner en maître sur les parcours, sauf en haute altitude.
Les parcours sont identiques à ceux des années passées, à savoir un granfondo de 177 km et 4125 m de dénivelé, et un médiofondo de 111 km avec un dénivelé de 2500 m.

Et cette année, après le rose de 2015, c'est un peloton tout orange qui s'élance de la place Galimberti, le port du maillot de la Fausto Coppi étant obligatoire.
Sur le granfondo, les 40 premiers kilomètres sont extrêmement roulant, et le groupe de tête parcours cette distance pendant la première heure, avant d'affronter la première difficulté, le Santuario di Valmala (long de 9,6 km avec une pente moyenne de 8 %). Suivent alors le Montemale la Piatta Soprana (9,5 km avec une pente moyenne de 7 %) et surtout le col Fauniera da Pradleves (22,3 km avec une pente moyenne de 8 %) qui culmine à 2484 m, avec une statue monumentale de Marco Pantani au sommet. Le grandiose Sanctuaire San Magno marque une étape et pause salutaire dans cette longue montée avec un ravitaillement judicieusement placé après plusieurs kilomètres très pentus. Car ne vous y trompez pas, les pourcentages moyens sont très trompeurs tant les pentes sont irrégulières.
Même si les routes sont privatisées, les descentes étroites et très sinueuses méritent un grande prudence. Et comme l'organisation ne laisse rien au hasard, les signaleurs sont présents en nombre pour indiquer toutes les zones dangereuses.

Après le colle della Fauniera (ou colle della Morte) et un retour dans la vallée, la température dépasse allègrement les 35°C. Il faut alors arriver avant 15h30, heure faditique d'élimination, au bas de la Madonna della Colletto (7,3 km à 8% de moyenne). Au sommet, les 25 kilomètres jusqu'à l'arrivée sont alors presque une formalité au vu des difficults affrontées.

Et tous ceux qui franchissent la ligne d'arrivée reçoivent leur plaque de "finisher".

Sur le granfondo de 177 km, 461 cyclosportifs sont classés (dont 21 français et 25 féminines). La victoire revient à Enrico Zen en 5h46 devant Paolo Castelnovo et Fabio Cini. Chez les dames, Erica Magnaldi l'emporte en 6h31 devant Ils Van der Moeren (6h50) et Claudia Gentili (7h25).

Le Mediofondo de 111 km est beaucoup plus plubiscité puisque 1236 s'y classent (dont 68 français et 93 féminines). La victoire revient à Jacopo Padoan en 3h38 devant Filippo Barazzuol et Michael Raggio. Chez les dames, Olga Cappiello l'emporte en 4h01 devant Ilaria Veronse et Rossella Taravelli.

Retrouvez les classements de la Fausto Coppi 2016 :
- le Granfondo,
- le Mediofondo.

parcours la fausto coppi
maillots la fausto coppi


Rendez-vous en 2017 pour la 30° édition.



    


Actualités     2015     2014     2013     2012     2011     2010     2009




Connecté en tant que
Invité