25-04-2016  Provençale Sainte-Victoire

La Provençale Sainte-Victoire a connu pour sa 4° édition une météo extrêmement ventée. Si le ciel était d'un bleu limpide, les rafales de vent atteignaient allègrement les 100 km/h et les températures étaient presque glaciales pour une fin avril.

L'épreuve a connu un beau succès avec plus de 1200 cyclistes classés sur les deux parcours, 745 sur le parcours de 95 km et 482 sur le parcours de 133 km.
Un succès bien plus important que la feue Cézane Sainte-Victoire qui proposait un parcours autrement plus corsé avec le tour de la Sainte-Victoire et une incursion dans la Sainte-Baume.
Il est vrai que les deux parcours proposés, 95 km avec 1260 m de dénivelé ou 133 km avec 1600 m de dénivelé, se montrent globalement plutôt roulant. Sauf bien sûr face au vent. La qualité de l'organisation, avec la ravitaillement et un repas d'arrivée copieux n'est sans doute aussi pas étrangère à ce succès, tout comme des tarifs d'inscription raisonnables, avec la possibilité de dissocier le plateau repas de l'inscription à la cyclo. D'autres cyclosportives ont adopté la même démarche comme les Boucles du Verdon, mais avec des prix beaucoup plus élevés il est vrai.

Le stade Carcasonne à Aix-en-Provence était le lieu de rassemblement de cette manifestation cyclosportive.
Le départ est donné direction Le Tholonet et Saint-Antonin-sur-Bayon, sur les traces de la route Cézanne. Saint-Antonin-sur-Bayon marque la première réelle difficulté avec 2 kilomètres de montée et des pourcentages élevés. Direction ensuite Puyloubier et Pourrières pour longer tout le versant sud de la Sainte-Victoire, vent dans le dos.
La côte des "17 tournants", longue de 5 km permet de se diriger vers Rians, lieu de bifurcation entre le 95 km et le 133 km. Le parcours de 95 km rejoint alors directement Saint-Paul-lès-Durance, tandis que le parcours de 133 km prend la direction d'Esparron-de-Pallières, Saint-Martin-de-Pallières et Varages pour une vingtaine de kilomètres très très roulant.
Le parcours devient alors plus vallonné vers La Verdière et en direction de Ginasservis, avant de descendre vers Saint-Paul-lès-Durance. Le CEA Cadarache et le projet ITER ne sont alors pas très loin.
La côte de Bèdes constitue une des autres principales difficultés du parcours avant de rejoindre Jouques et d'aller affronter le col du Grand Sambuc, ultime difficulté majeure.
La descente s'effectue sur une route granuleuse et sinueuse avant de pouvoir admirer, vent de face, l'imposant château de Picasso à Vauvenargues, puis de rallier Aix-en-Provence toujours vent de face.

Sur le parcours de 133 km, Sala Stefano devance Cédric Sachet et Tony Mezure, à plus de 36 km/h de moyenne. Du côté des féminines, la victoire revient à Laurence Champavier devant Manon testou et Amandine Martin.
Sur le parcours de 95 km, Jean-Luc Castaldo l'emporte devant Dario Giovine et Mathias Rose, à plus de 36 km/h de moyenne. Du côté des féminines, la victoire revient à Marion Bessone devant Laure Souty et Sylvie Cordes.

Retrouvez le classement du parcours de 133 km et du parcours de 95 km.



    


Actualités     2016     2015     2014     2013     2012     2011     2010     2009